J’étais une maman en plein burn out quand:

 


Tu penses comme tout le monde que le burn out maternel est juste tendance et que tu n’as absolument rien à voir avec ça 

 

nuage dream

Tu es maman ? Tu es dans un état dépuisement psychologique et tu as besoin de reprendre confiance en toi.
Lis moi donc ces quelques lignes…

Tu ne gères plus tes émotions surtout que tu n’arrives même plus à les dissocier, tu te sous estime alors qu’il fut un temps où tu étais au maximum de toi même?

Physiquement tu es « lessivée » et tu ressens un manque total d’énergie?

Tu ne t’es jamais vraiment sentie concernée car tu penses que c’est juste une petite déprime comme te l’ont confirmés les anciennes de la famille.

Oui, elles sont peut être de bons conseils, sauf que…c’est pas des professionnelles du burn out maternel.

Si on additionne tout ces états, on arrive à un montant important car il ravage ta personne, oui, n’ayons pas peur des mots.

Avouons-le, quand tu n’as pas d’enfant, la vie n’est pas facile. Tu travailles tellement que tu n’as pas le temps d’aller au ciné, de lire un bouquin au calme ni même d’aller chez le coiffeur ahah (on est ok, je suis complètement ironique).

Sauf que… tu as encore moins le temps quand débarque dans ta life, tes adorables petits toi.

En fait si, tu crois que t’as le temps mais finalement non.

Pourquoi ?burn out maternel

Car à trop vouloir gérer d’une main de maître on fini par …ne plus rien gérer du tout. Rien ne peut être parfait longtemps et encore moins ton quotidien.

Tu manques de sommeil puisque tu fais des insomnies, tu es forcément irritable car tu es fatiguée, tu es en alerte constante et en parallèle tu as un manque de motivation te concernant car ta personnalité ne t’appartient plus.

Tu deviens un électron libre avec des automatismes, levé, toilettes, ménage, déjeuner, sortie d’école, lavage du linge, repassage, goûter, sortie (ah bin non ya plus le temps il est déjà 17h), trouver des idées repas, faire le repas, le bain, manger (ça devient presque pénible aussi de passer à table), débarasser, et s’endormir avalé par ton canapé, qui lui seul te comprends.

 

café patience

Et pour celles qui travaillent … il y a des femmes burn outé qui t’envieront d’être loin du domicile pendant quelques heures et d’autres qui te féliciterons d’être aussi courageuse.

Tout cela rythmé par des enfants qui sentent les failles présentes et jouerons volontiers à te chercher et te titiller juste pour que tu les regardes avec les yeux de l’amour.

Puis, viens le moment où tu t’en veux terriblement de ne plus avoir de patience devant leurs pleurs, leurs voix parfois.

De leurs répondre : « ouai c’est ça ouai, il est bon ton gâteau, va mettre ton pyjama » quand ils t’enfilent une pate à modeler dans la bouche en te disant : « goûte maman ja fais pour toi le gateau a la banane».

Tu t’en veux de n’avoir qu’une seule envie ; c’est qu’ils dorment.

En bref, Tu te sens nulle, pas à la hauteur, minable.
Toi aussi tu veux faire des sablés et rigoler avec eux, être la maman trop cool, courir dans la neige sans leurs dires:

« viens ici, tu vas mettre de la boue partout, j’en ai marreuuuuuuuu ».

Je comprends.

Mais, personne ne voit lorsque tu es à la maison ou au travail combien tu es en détresse car dans cet emploi du temps, qui n’en est pas un finalement, tu n’emplois pas TON TEMPS POUR TOI.

bebe

Et puis, il y a toujours, une maman (la tienne t’en qu’a faire) une sœur, une copine, ton mari, ta belle mère qui t’appelle pour te dire :

«  Qu’est ce que t’as encore à raler, qu’est ce que tu crois ? C’est ça de faire des gosses, tu dois être mal organisé, t’es trop stressé c’est pour ça qu’ils sont pénibles……………. » (oui ya plein de petits points parce qu’on en entends des sacré bétises).

Ma recommandation number one :

Ne t’attardes pas sur le quotidien que tu vois sur les réseaux sociaux, il n’est valable que sur les réseaux sociaux, sâche-le.

Y aura toujours une nana (on va l’appeler charlotte) sur ces réseaux qui, à 7h prendra un selfi avec son bébé et sa fille de 5ans, lavés, habillés tout les 2 (trop stylé en plus), sa maison est nikel et sent bon le propre (si ça se voit sur la photo que ça sent bon chez elle).
En plus elle ose dire que son petit roudoudou de mari lui a fais un cœur avec des fraises pour le petit dej, et lui a offert un week end entouré de ses copines a Center Parc. Bien évidemment tu vois bien sur la photo que c’est le genre de mari qui ne l’a culpabilisera pas car juste avec un « t’inquiete baby je contrôle » elle pourra partir tranquille.

 

Screenshot_2015-09-28-22-39-09

Mais je sais que derrière tout ça il existe une tout autre vie pour charlotte ; peut être rose aussi mais pas que …

Un banquier qui l’a harcèle tout les jours pour rembourser son crédit de maison et son sac Hermes qui coûte le prix d’une vie au cambodge, une belle mère tyranique, un patron infecte et j’en passe (étant donné que ça fait pas rêver elle risque pas de te poster une vidéo de son banquier ni de sa belle doche voyons…)

Seulement cette charlotte qui a une vie de rêve, elle te fait culpabiliser.

Forcément puisque sa vie à elle est tellement bien orchestré qu’elle te laisse penser que la tienne est minable, que tu dois changer de mec et d’enfants même ?(oui j’exagère) 

Capture d’écran 2015-11-11 à 18.44.53
Oui car la « lolotte » elle est toujours habillée comme dans les magazines, elle ne s’énerve jamais, elle ne peste jamais, elle ne dit pas à ses enfants « crotte » (c’est light) et elle ne pose jamais un pied sur un légo en hurlant.

Moi je dis STOP à ses charlottes en puissance, si ça pouvait éviter à des mères normales comme toi  (et moi) de se sentir indignes.

 

Concrètement on fait quoi maintenant ?

Tu as conscience que t’es en plein burn out maternel et que tu as besoin d’aide, t’as déjà fais un pas immense, bravo.

Dans un premier temps, je te conseille vivement de faire appel à un thérapeute, oui je sais, c’est super facile à dire, mais encore faut-il prendre son courage dans une main et dans l’autre, son téléphone et appeler: « SOS maman burnoutée » et ensuite de t’entourer de personnes bienveillantes.

N’hésite pas à parler de ce problème avec des personnes qui te comprendront. Des femmes qui comprendront ce que tu vies ( pas à n’importe qui s’il te plaît).

besoin d'(aide

Ose dire que rien ne va plus à ton entourage si tu ressens que l’écoute est là, à tes amis (les vrais qui ne te jugeront pas), à ton docteur.

Ose dire que tu es épuisée.
Souvent on va te recommander de faire des analyses, mais en analysant ton sang, personne ne va trouver «  maman au bout du rouleau ».

On se sent parfois isolée lorsque l’on vit ce mal-être et que personne ne le comprend. Il y a plein de mamans qui sont comme toi, en explosion, mais c’est le mot « burn out » que l’on n’ose pas dire par peur de partager leurs sentiments, peur de l’incomprehension des autres.

 

Tu peux sûrement trouver prêt de chez toi, un centre social où tu peux être accueillie le temps d’une après midi et rencontrer des mamans dans ton cas ainsi que des professionnelles qui sauront t’orienter et surtout t’écouter avec bienveillance.

Et tout ça, pendant que tes enfants seront occupés à jouer avec d’autres enfants ( tu vois, la vie peut être chouette le temps d’une après midi).

Tu as aussi plein de forums qui regorgent de mamans dans ton cas, et cela peut aussi être sympathoche de parler de son sentiment derrière son écran.

Le burn out maternel, peut être malgré tout ces aspects négatifs, un sacré cadeau caché.
Non non je ne suis pas folle.

Capture d’écran 2015-11-11 à 18.33.35

Maintenant que tu sais ce que tu as, vois-le comme une opportunité.
Qui sait, peut être que grâce à cela, tu vas pouvoir te redéfinir en tant qu’être humain à part entière. (hey ouaiiiii tu es une femme!)

Ma recommandation  number 2:

Tu vas pouvoir accueillir, toute tes émotions qui te font souffrir mais qu’a présent tu comprends sans culpabiliser.

Ecoute tes envies, tente chaque jour de les réaliser.

Une journée dans un parc d’attraction était impensable jusqu’à présent car tu avais peur de ne pas gérer?
Sois ouf, vas-y tente. Lâche toi!

Passe cette journée en faisant confiance à tes enfants, si tu t’éclates, ils s’éclateront (si tu veux m’emmener, je m’arrangerais pour être disponible ahah).

Prends du plaisir dans ce que tu entreprends avec eux mais aussi sans eux.

Et n’oublies pas, maman avouant être burn outé, maman bientôt libéré !

Team Pawa le blog arrive bientôt-2

Capture d’écran 2015-11-09 à 15.15.19
Tu aimes les cadeaux? Moi aussi

 

 

Partager

2 comments on “J’étais une maman en plein burn out quand:

  1. Aurélie
    18 mai 2016 at 20 h 32 min

    Bravo!! C’est tres bien écrit!! Et le ton pleins d’humour j’adooore!! Merci pour cette « déculpabilisation » et cette prise de conscience que la vie parfaite n’existe que dans les pubs! Merci

    • lili
      19 mai 2016 at 19 h 45 min

      Ahah merci beaucoup Aurelie, il est important de déculpabiliser, nos enfants sont en sécurités, nous sommes de bonnes mamans comme la confiture!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *